Site Loader

L’interculturel se définit comme la rencontre de deux ou plusieurs cultures respectivement aux toutes les personnes et toutes les cultures caractérisées par égalité. L’interculturel accepte toutes les personnes de cultures et de mentalités différentes. En outre selon Galisson :
« L’approche interculturelle ne s’adresse plus à un seul public (les enfants, adolescents, adultes) ; elle ne vise plus à intégrer socialement les défavorisés, mais à éduquer et à former tous les apprenants. Elle est devenue un outil didactique à part entière, dans le vaste champ de l’enseignement/apprentissage des langues cultures. »
(Galisson, 1994, p.17)

Selon Le Conseil de l’Europe nous devons souligner que:
« Développer la dimension interculturelle de l’enseignement des langues, c’est reconnaître les objectifs suivants :
• Faire acquérir à l’apprenant une compétence aussi bien interculturelle que linguistique ;
• le préparer à des relations avec des personnes appartenant à d’autres cultures;
• permettre à l’apprenant de comprendre et d’accepter ces personnes « autres » en tant qu’individu ayant des points de vue, des valeurs et des comportements différents ;enfin, aider l’apprenant à saisir le caractère enrichissant de ce type d’expériences et des relations. »
(Conseil de l’Europe, 2002, p. 11)

Section I.2.2. La compétence de la communication interculturelle

La dimension interculturelle dans l’enseignement/apprentissage des langues a conduit au développement la compétence de la communication interculturelle. La compétence de la communication interculturelle se caractérise comme un ensemble des habiletés afin d’établir un canal de communication entre les personnes de cultures différentes. Selon Androulakis cette notion permet aux apprenants de développer :
• Habileté à comprendre l’Autre.
• Habileté à redéfinir le Moi.
• Habileté à établir les rapports avec des représentants de l’autre culture.
• Habileté à communiquer avec le minimum de vides et des distorsions.
• Habileté à s’orienter vers les valeurs humanistes (paix, xénophilie).
(Androulakis, 2002a, p. 47)
Dans ce point, nous devons noter que Calliabetsou (1995, p.269) se réfère aux objectifs de l’intercommunication culturelle en classe de langue :
• Apprendre aux apprenants à observer l’interculturalité;
• Leur apprendre à saisir l’identité collective, les représentations partagées, les représentations divergentes pour mieux connaitre leur identité atomisée ;
• Leur apprendre à être à même d’évaluer leur identité atomisée et la remettre en cause s’il le faut ;
• Leur apprendre à observer d’un œil critique et objectif les discours des représentations sur l’autre et sur soi ;
• Leur apprendre à ne pas rester à la surface des représentations socioculturelles et des imaginaires socioculturels qui aboutissent à une stéréotypisation ;
• Leur apprendre à connaitre l’altérité sans se confondre avec elle ;
• Leur apprendre à admettre qu’il n’y a pas une seule vérité, mais de nombreuses réalités interculturelles ;
• Leur apprendre à vivre avec les autres, profiter de l’interculturalité dans la paix et dans le respect réciproque. »

Section I.2.3. Les Savoirs interculturels

Ayant comme objectif le développement de la prise de conscience interculturelle chez nos apprenants, nous voudrions signaler que la compétence de la communication interculturelle se divise en six sous-catégories, en six « Savoirs ». Selon Le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues (2000), ces savoirs sont :
• Savoir-être.
• Savoir-apprendre.
• Savoirs.
• Savoir-comprendre.
• Savoir-faire.
• Savoir-s’engager
Plus spécifiquement:
Savoir-être:
Capacité affective à abandonner des attitudes et des perceptions ethnocentriques vis- à-vis de l’altérité et d’aptitude cognitive à établir et à maintenir une relation entre sa propre culture et une culture étrangère, appuyée sur des attitudes et des perceptions ethno relativistes. (Androulakis, 2002a, 56).
Savoir-apprendre:
Aptitude à élaborer et à mettre en œuvre un système instrumental permettant l’approche, la découverte, et l’exploration d’éléments inconnus d’une culture avec laquelle on est familiarisé ou non. (Op.cit., 88).
Savoirs:
Système de références culturelles qui structure le savoir implicite et explicite acquis pendant l’apprentissage linguistique et culturel et qui intègre les besoins particuliers de l’apprenant dans des situations d’interaction avec les natifs de la langue étrangère. (Op.cit., 117)
Savoir-comprendre:
Aptitude à élaborer et à mettre en œuvre un système interprétatif qui met à jour des significations, des croyances et des pratiques culturelles jusqu’alors inconnues, appartenant à une langue et à une culture avec lesquelles on est familiarisé ou non.(Androulakis,2002b,24)
Savoir-faire:
La capacité à intégrer savoir-être, savoir-apprendre, savoirs et savoir-comprendre dans des situations spécifiques où des contacts biculturels s’établissent (c’est- à -dire entre la culture de l’apprenant et la culture étudiée), et à bénéficier de cette intégration pour se comporter de manière adaptée dans le contexte de la culture étudiée. (Op.cit., 59)
Savoir-s’engager:
Savoir-s’engager est la capacité à tenir le rôle de médiateur entre deux cultures et l’aptitude à se mobiliser pour défendre des causes universelles et humanistes. (Op.cit., 89)

Post Author: admin